Accueil

Merci de consulter aussi la page Facebook: doyenné de Comines-Warneton pour suivre l’actualité récente des paroisses.

Sur la chaine Youtube du Doyenné de Comines-Warneton: messe dominicale à voir ou à revoir

Le comité de concertation de ce vendredi 30 octobre a annoncé des mesures sanitaires complémentaires. Les célébrations sont supprimées dès le 2 novembre et jusqu’au 13 décembre inclus.

De la Toussaint aux défunts

La solennité de tous les saints est née au 8e siècle en pays celtique. L’Église veut nous rendre conscients de notre solidarité avec tous ceux qui sont entrés dans le monde invisible. C’est dans la joie que nous fêtons les saints dont nous croyons qu’ils vivent désormais près de Dieu, où ils intercèdent pour nous. En effet, les saints et les saintes sont des traces de Dieu au cœur de notre monde. Tout au long de leur vie terrestre, par leurs actes et leurs paroles, ils donnent à voir et à entendre celui qui habite au plus profond d’eux et qui donne sens à leur existence, c’est-à-dire DIEU.

Ces hommes et ces femmes sont réels, avec leur esprit et leur corps, avec leurs mains et leurs engagements, avec leurs fragilités et leurs forces, avec leur bonheur de vivre et leurs souffrances. En d’autres termes, par leur justice et leur bonté, par leur travail solidaire et leur pauvreté, par la réalité de leur vie, ils sont, dans la réalité terrestre, les traces visibles de l’amour de Dieu invisible.

C’est pourquoi le lieu par excellence de la communion avec les saints est l’eucharistie. C’est là que le Seigneur Jésus les a sanctifiés dans la plénitude de son amour. C’est là que nous pouvons demander humblement à Dieu de nous faire passer de cette table, où il nous a reçus en pèlerins, au banquet préparé dans sa maison.

La solennité de tous les saints ne devait pas manquer d’attirer le souvenir des fidèles défunts, que l’Église évoque chaque jour dans sa prière. Il se fixa au 2 novembre au début du 11e siècle. La prière pour les morts appartient à la plus ancienne tradition chrétienne.

A chaque messe l’Église prie pour tous ceux qui reposent dans le Christ. En priant pour ceux qui ont quitté cette terre, nous demandons aussi à Dieu de faire grandir notre foi en son Fils qui est ressuscité des morts, pour que soit plus vive notre espérance en la résurrection de nos frères et sœurs défunts. Si nous croyons que tous revivront dans le Christ, c’est que Jésus nous a dit : Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra. Dans nos prières, nous affirmons enfin que Jésus est le lien entre nos frères défunts et nous : Il nous unit les uns aux autres par le mystère de son amour.

N’allons donc pas oublier nos morts, nos vivants de l’au-delà. Notre amour et notre fidélité à leur égard devraient être une pierre de touche de notre foi en Dieu, qui est le Dieu de la vie éternelle.

Abbé André Cardinael