Accueil

Merci de consulter aussi la page Facebook: doyenné de Comines-Warneton pour suivre l’actualité récente des paroisses.

Le  « Lys et moi express  »  est disponible comme article pour Pâques et uniquement sur ce site  du doyenné.

Les Évêques de Belgique ont décidé de postposer les communions et confirmations prévues en avril et mai. En effet il n’est pas bon de rassembler quelques centaines de personnes dans une église pour une célébration. Quand le confinement sera terminé, les catéchistes proposeront un nouveau calendrier des communions vraisemblablement sur les mois de septembre et d’octobre. Les nouvelles dates seront diffusées sur les réseaux sociaux du doyenné (site et page facebook)

Édito du doyen

De la Passion à la Résurrection

Au  cours de notre Carême qui nous rappelle les quarante jours et nuits de notre Seigneur  au désert en lutte avec Satan, renouvelant ainsi les 40 ans de la traversée du peuple Élu dans le désert ; est un  temps précieux  de rénovation que l’Église  propose à chacun d’entre nous  à travers  la prière, le jeûne et l’aumône.

Curieusement, la pandémie  redoutable qui cause tant de souffraPâquesnces dans notre monde s’est invitée sur notre marche vers Pâques….  Certains  croyants comme non-croyants se questionnent sur la présence et l’efficacité de l’action  de Dieu face à cet ennemi invisible qui terrorise et met à nu la fragilité et l’impuissance des êtres humains.

Le Pape François nous invite à scruter le récit de la Passion proposé en cette semaine sainte : Déjà, les contemporains de Jésus se posaient beaucoup de questions le concernant, se demandant s’il était vraiment le Messie, celui qui, selon leur croyance, viendrait les libérer du joug romain, l’épée  à la main. Mais le Seigneur se présente comme un Messie doux et humble de cœur, appelant à la conversion et à la miséricorde. Et c’est finalement un étranger, le centurion romain, au pied de la croix, qui, touché par les souffrances de Jésus et son amour sans mesure, proclame solennellement sa réelle identité et reconnait en Lui le Fils de Dieu. Il en sera de même pour le bon larron  qui reconnait la divinité de Jésus : Seigneur, souviens- toi  de moi quand tu seras entré dans ton royaume.

Le Pape  nous prie ensuite de contempler la croix  en silence, pour découvrir qui est notre Seigneur, pour nous libérer de nos préjugés à son sujet, et qu’ensuite ouvrons l’évangile : Jésus ne montre personne du doigt, mais ouvre les bras à tous ; il ne nous écrase pas de sa gloire, mais se laisse dépouiller pour nous ; il ne nous aime pas en paroles, mais nous donne sa vie en silence ; il ne nous force pas, mais nous libère ; il ne nous traite pas comme des étrangers, mais prend sur lui notre mal, nos péchés. Tout cela parce qu’il est Amour.

En ces jours de quarantaine, où nous devons rester chez nous sans pouvoir nous rendre à l’Église, le Pape enfin nous suggère  que nous vivions des liturgies domestiques centrées autour du crucifix et de l’Évangile, en ouvrant  ‘son cœur à la prière’. Nous pourrions préférer un Dieu fort et tout-puissant, qui ne soit pas faible et qui ne meurt pas. C’est oublier que le pouvoir de ce monde passe, tandis que l’amour demeure. Seul l’amour garde la vie que nous avons, car il embrasse nos fragilités et les transforme. C’est l’amour de Dieu qui, à Pâques, a guéri notre péché par son pardon, qui a fait de la mort  un passage de la vie, qui a transformé notre peur en confiance, notre angoisse en espérance.

Pâques nous dit que Dieu peut tout transformer en bien. Qu’avec Lui, nous pouvons vraiment avoir confiance que tout ira bien. Ainsi, les interrogations angoissantes sur le mal trouvent dans le Ressuscité de solides réponses qui nous empêchent de faire naufrage.

Chers frères et sœurs, Jésus a changé l’histoire marquée par le mal en histoire de salut. Avec son cœur ouvert de Crucifié, il rejoint chacun de nous dans ces moments d’angoisses, de difficultés et de souffrances. En ce triduum pascal, qu’au milieu des drames et des épreuves que nous vivons, nos cœurs s’établissent fermement dans le Christ mort et ressuscité.

Sainte Pâques à tous et toutes. 

Abbé – curé  Joseph Marie Nyembo