Célébration domestique du 1er dimanche d’Avent

Nous revoici confinés et privés de célébrations « en présentiel » comme il est habituel de le dire maintenant avec des mots que nous utilisions à peine il y a quelques mois. Fatigue, découragement, maladie, deuil nous assaillent et nous bousculent. C’est dans ce contexte on ne peut plus morose que le temps de l’Avent se propose à nous. L’Avent, un temps pour l’espérance. Tenir fermes dans l’espérance comme ces Thessaloniciens auxquels Paul s’adresse (Thess 1,3) voilà la gageure de toute existence humaine et chrétienne, voilà l’enjeu de notre Avent, un défi permanent sans doute mais qui prend une densité et une exigence toute particulière en ces temps troublés de pandémie. C’est à la source de la prière, de la méditation de la Parole de Dieu que nous puiserons la nourriture nécessaire à le relever, chacun, tous et ensemble. Comme celles du même type présentées lors du premier confinement, la présente proposition s’offre comme une possibilité parmi d’autres de vivre cela. Elle n’entre pas en concurrence avec d’autres propositions et ne prétend pas remplacer l’Eucharistie à laquelle nous sommes invités à nous associer par les médias (Télévisions, Radio, Internet) dans une réelle communion spirituelle. Ceci donnera à ceux qui le souhaitent la possibilité de vivre un temps alternatif ou supplémentaire, inspiré, bien sûr, par le temps liturgique de l’Avent et ses lectures mais s’écartant volontairement du déroulement eucharistique. La célébration d’Entrée en Avent, prévue pour le premier dimanche (soit le 29 novembre) est plus amplement déployée tandis que pour les dimanches suivants on ne donnera que quelques éléments pour la prière. On peut utiliser ce matériau pour la prière individuelle, en couple ou en famille… Des pistes sont données par exemple pour intégrer les enfants dans cette démarche. Chacun adaptera le déroulement à sa situation. Pour la plupart des chants proposés, un lien hypertexte est prévu. Positionnez-vous sur le titre du chant (Ctrl+clic pour suivre le lien) et You Tube s’ouvrira automatiquement. A tous, je souhaite, malgré les conditions inédites où nous sommes, un temps de l’Avent profond et dynamisant. Que le Christ vous accompagne et que Dieu vous garde…

Olivier Windels

Commencez par créer votre espace : aménagez un coin prière ou configurez votre salon pour cette activité particulière : une Bible ouverte sur la table, une icône, une croix, un morceau de tissu mauve. Prévoyez une couronne de l’Avent ou simplement 4 bougies ou lanternes ou … que vous allumerez dimanche après dimanche. Eteignez ou éloignez votre téléphone… Rendez le silence possible mais prévoyez aussi la possibilité d’écouter de la musique.  Créez ensuite votre espace intérieur. Mettez un morceau de musique calme et méditatif (musique classique, instrumental de Taizé, …) N’ayez pas peur de faire durer quelque peu ce moment.

Avec les enfants1

L’enfant demande : « Il se passe quelque chose aujourd’hui ?

C’est quoi ces quatre bougies sur la table ? »

Le parent répond : « Il y a quatre bougies, parce que nous sommes à quatre dimanches de Noël. C’est le temps de l’Avent, pour préparer son cœur à accueillir Jésus : il vient comme une lumière dans notre nuit : les jours sont sombres, dehors sans doute, mais souvent aussi dans le cœur des hommes. Chaque semaine nous allumerons une bougie de plus pour nous rappeler que Jésus peut venir éclairer la vie de ceux qui le désirent et ouvrent leur cœur pour sa visite.

Comme nous ne pouvons pas nous rassembler avec tous les chrétiens pour vivre ce grand moment, nous allons prier ici, en famille, en pensant très fort à tous ceux qui font la même chose chez eux, en pensant aussi très fort à tous ceux que nous aimons et à tous ceux qui ont besoin de la lumière de Dieu. »

On peut chanter Pour entrer dans le silence DEV268., Danielle Sciaky / Michel Wackenheim. Disponible sur youtube.2

  • Pour entrer dans le silence et pour te prier Pour m’ouvrir à ta présence, en moi tout se tait.
  1. Je me tourne vers Toi, mes yeux sont fermés Je veux simplement t’offrir ma journée
  1. Je me tourne vers Toi, le livre est posé Je veux simplement venir t’écouter
  1. Je me tourne vers Toi, tu viens te donner Je veux simplement un peu mieux t’aimer.

Lire lentement

Voici le temps de l’Avent. Et un cri se fait entendre : « Sois vigilant ; réveille-toi : c’est aujourd’hui que Dieu vient ; c’est maintenant qu’il frappe à la porte de ta vie. » Voici le temps de l’Avent. Et une voix s’élève : « Sois vigilant ; réveille-toi : me voici, je viens à toi, n’aie pas peur, je suis avec toi ; ose la confiance ; choisis l’espérance. »

Ecouter et chanter

En lui, la joie de notre cœur.                 (Taizé)

Selon le même principe mis en œuvre pour les Jours Saints ou la Pentecôte : à la manière du repas pascal juif où l’enfant ouvre la célébration en interrogeant ses parents. Même si on a déjà chanté ce même chant en famille, on peut néanmoins le reprendre : comme un

Lire et méditer

La nuit est dans notre monde ; elle est souffrance et peine, solitude et maladie, épaisse comme brouillard en hiver. Mais l’heure n’est plus à la nuit : le jour est tout proche. C’est le temps de l’Avent, c’est le temps des veilleurs aux yeux aiguisés, le temps des guetteurs d’amour et de salut.

ne laisse pas mes ténèbres me parler,

Jésus le Christ, lumière intérieure,

donne-moi d’accueillir ton amour.                                                                                                      (Taizé)

Priez doucement

Nous voici, Seigneur, comme pèlerins de l’ombre, et elle nous est longue la nuit où nous marchons. Vois, Seigneur, notre peine et prends pitié de nous ; vois nos péchés et prends pitié de nous ; vois nos lourdeurs et prends pitié de nous. Quand s’ouvre notre Avent, nous t’en prions : réveille notre espérance, ravive notre foi, renouvelle-nous dans l’amour. Etablis-nous veilleurs, guetteurs et prophètes de lumière pour que ta clarté puisse jaillir dans les obscurités du monde, jour nouveau attendu. Amen.

Chanter le chant Peuples qui marchez, E127 et allumer votre première bougie d’Avent

  • Peuples qui marchez dans la longue nuit, Le jour va bientôt se lever.

Peuples qui cherchez le chemin de vie Dieu lui-même vient vous sauver.

Il est temps de lever les yeux, vers le monde qui vient.

Il est temps de jeter la fleur qui se fane en vos mains.

Il est temps de bâtir la paix, dans ce monde qui meurt.

Il est temps de laisser l’amour libérer votre cœur.

Prendre le Livre sur la table et lire Mc 13, 33-37 (évangile du jour)

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Prenez garde, restez éveillés : car vous ne savez pas quand ce sera le moment. C’est comme un homme parti en voyage : en quittant sa maison, il a donné tout pouvoir à ses serviteurs, fixé à chacun son travail, et demandé au portier de veiller. Veillez donc, car vous ne savez pas quand vient le maître de la maison, le soir ou à minuit, au chant du coq ou le matin ; s’il arrive à l’improviste, il ne faudrait pas qu’il vous trouve endormis. Ce que je vous dis là, je le dis à tous : Veillez ! »

Lire et méditer

Engagé pour l’espérance. Profession : veilleur

Profession : veilleur !

C’est que veiller, c’est un métier !

Le veilleur, c’est celui qui est aux aguets. Quand d’autres se laissent aller à une douce somnolence, il est, lui, en éveil et ne laisse rien passer. Attentif au moindre bruit, à la moindre lueur, au moindre signe.

Elle est confortable la léthargie d’hibernation.

Elle est exigeante l’ardeur de la vigilance.

Le monde a besoin de veilleurs, aujourd’hui peut-être plus que jamais quand les stratégies sédatives semblent l’ankyloser dans une douce torpeur !

Et Dieu dit : « Tu seras veilleur pour le monde ! » « Tu ouvriras les yeux pour dénoncer la nuit et les noirceurs qui menacent le corps de l’Homme et son cœur. Tu ouvriras les yeux pour scruter cette nuit et voir poindre les signes d’espérance et les lueurs qui annoncent bonheur et paix aussi sûrement que monte un matin nouveau pour la terre des hommes. »

Profession : veilleur.

C’est que veiller, c’est un métier !

Et sache-le : on ne devient pas veilleur du jour au lendemain : c’est une compétence à développer ; c’est une expérience à acquérir. Il faut s’y exercer : affiner son regard, se raffiner le cœur.

Voici l’Avent. Et nous sommes comme en stage de vigilance : un temps pour apprendre à veiller : attentifs aux cris du monde, guetteurs d’espérance, aux aguets de la Présence de Dieu.

Profession : veilleur.

C’est que veiller, c’est un métier !

Et c’est, sache-le, le tien désormais.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *